CARMA Pays de France


 

Les promoteurs du projet CARMA savent à quel point tout projet pour le Triangle de Gonesse doit être ancré dans le contexte local, régional et international pour générer des retombées positives. D’où le souhait de mettre en débat des propositions novatrices au-delà même du projet CARMA Gonesse :

  • Au niveau local, on trouve déjà dans les Contrats de développement territoriaux existants (CDT) et dans des activités et initiatives locales les germes d’un grand projet ambitieux de transition écologique.
  • Au niveau régional, le SDRIF 2030, qui veut engager la «transition de l’aménagement régional» dans l’esprit des préconisations des Grenelle I et II, prône notamment une organisation urbaine répondant aux mutations climatiques et énergétiques et des réponses concernant le «défi alimentaire» par des «politiques de maîtrise et de valorisation des espaces agricoles et des filières agroalimentaires».
  • Au niveau international en dehors des engagements pris par la France lors de la COP 21, on doit ajouter ceux pris en 2015 par Paris et étendus à la Métropole lors du Pacte de Milan qui plaide pour des systèmes alimentaires territorialisés et durables.
        •  
Le projet CARMA « Pays de France » prend en compte strictement l’ensemble de ces perspectives; il reste à co-construire à partir des orientations décrites ci-dessous.

La gazette des communes (Février 2018)

 
Le projet CARMA développé initialement sur le « Triangle de Gonesse » porte des enjeux qui dépassent le sort des 280 ha d’excellentes terres agricoles promis à l’urbanisation au Sud du triangle. Sans rien retirer de cette nécessité vitale de sauvegarder ces terres, CARMA Gonesse s’est présenté dès son origine comme un projet pilote dont la vocation était de s’étendre et de diffuser de nouveaux principes d’aménagement sur les terres alentour, le plus largement possible.                                        C’est le seul moyen de répondre aux terribles enjeux climatiques auxquels nous sommes confrontés, à l’échelle de l’agglomération parisienne, et plus généralement à l’échelle de notre pays ou de notre planète. Pour la plupart, ces enjeux sont maintenant connus et bien identifiés : ils sont de nature écologique, et concernent le réchauffement climatique, la destruction des espaces agricoles et forestiers, l’épuisement des ressources fossiles, l’appauvrissement inquiétant de la biodiversité. De plus, leur impact est inégalitaire et ce sont les plus fragiles qui en sont les principaux touchés.
S’il est encore temps de réagir et de modifier totalement notre manière d’aménager l’espace, il faut effectuer cette transition d’urgence. Le projet du « Grand Paris » doit être l’occasion de repenser en priorité l’aménagement de l’espace de la métropole.
Avant même de se préoccuper de la définition de nouveaux territoires de développement économique ou d’habitat, il faut gérer de vastes territoires de nature et d’agriculture qui :
  • Préserveront les espaces naturels, agricoles et forestiers pour lutter contre le réchauffement climatique ;
  • Nourriront une population dont le sort dépend aujourd’hui d’approvisionnements lointains ;
  • Offrirons aux habitants des espaces de loisirs à proximité de leurs lieux d’habitation et d’activité, et ainsi limiteront les déplacements pendulaires.


CARMA Pays de France veut promouvoir dans un territoire stratégique au Nord de la métropole un processus de transition écologique qui puisse s'articuler sur un vaste espace préservé de nature et de culture. Les limites que nous définirons dans ce document sont soumises au débat et pourront être modifiées. Leur intention est de porter le débat à l’échelle de la Région Ile de France, avant même que de nouveaux territoires soient urbanisés et des terres agricoles artificialisées. Il s’agit pour nous d’un enjeu prioritaire.
Notre première hypothèse est de définir un territoire cohérent dans ses données morphologiques et paysagères, proche des problématiques des terres de Gonesse. Nous savons bien que ce territoire ne nourrira pas l’Ile de France mais il affirme la volonté de mettre en place un cycle alimentaire durable connecté à celui d’autres régions proches. Il pourra s’étendre plus largement au Nord, vers la Picardie, et sera complété par des projets similaires sur les autres périphéries de la ville, s’appuyant par exemple sur les initiatives de la Plaine de Versailles, du « triangle vert » de Marcoussis, de la plaine de Montesson, etc.
L’ambition portée par CARMA Pays de France s’est développée dans d’autres villes, en Europe et dans le monde; nous en donnons sur ce site quelques exemples qui ont nourri notre projet.